21 février 2018

Atelier "booster sa recherche d'emploi" : "Moi, Daniel Blake".....

L'année dernière je me suis inscrite à un atelier "booster sa recherche d'emploi pour les seniors". Une après-midi par semaine pendant 4 mois. Une quinzaine de participants, de jolies rencontres heureusement.

Bon, déjà, senior, que tu le veuilles ou non, que tu y sois ou non, c'est une grosse claque. Même si je n'avais pas atteint la fameuse limite des 45 ans.

Dans cet atelier, j'ai trouvé que nous faisions le grand écart. Ou des réalisations franchement utiles comme refaire son CV d'une façon très originale et personnelle, (qui m'a beaucoup servie, où j'ai beaucoup appris), ou comme savoir répondre de façon constructive aux questions-piège en entretien genre "quel est votre principal défaut ?", mais aussi....regarder des vidéos ne présentant pas d'intérêt majeur, corriger des fautes d'orthographe dans un texte (???), "travailler sur soi" (ouh le sujet casse-g***** !). Parce que bon, regarder des vidéos sur Youtube, je peux le faire de la maison, avec des liens qui nous auraient été donnés par mail. Mais j'y suis allée chaque fois de bon coeur, pour apprendre, pour trouver du boulot, sortir de la maison aussi, faire des rencontres. Je suis souvent ressortie consternée, je l'avoue, avec le sentiment d'être la seule à trouver profondément anormal ce que nous faisions à ce moment-là.

Je suis une "bonne élève", je fonctionne comme ça. Je fais toujours de bon coeur ce qu'on me demande de faire, quand je comprends à quoi ça sert, comment ça va me faire avancer, le but de l'atelier. J'ai râlé tout de même plusieurs fois franchement (et je me suis sentie bien seule !), même si à ce moment-là je passais pour la tête de mule, celle qui refuse de faire ce qu'on lui demande, la mauvaise élève. Pourtant, j'étais la seule à faire la totalité des "devoirs" qu'on nous demandait de réaliser d'un atelier à l'autre, parce que je reste constamment de bonne volonté et que j'ai envie de trouver du travail....

Nous avons fini en beauté avec "Moi, Daniel Blake" et je suis ressortie ...

Han

....de cet atelier

Alors parlons de ce film, palme d'or à Cannes, ouééééééé....

Daniel Black

Ce n'est pas un mauvais film, mais je suis ressortie de là consternée, totalement.

Daniel Blake, 59 ans, a subitement un grave problème cardiaque. Son médecin lui interdit de travailler, il pourrait en mourir. Il tombe alors dans un système qui lui était jusque-là inconnu : le pôle emploi version britannique (job center), l'aide sociale. Au job center, tout part en vrille. Pour toucher son salaire en étant en arrêt maladie, on lui demande...de chercher du travail. Et en Angleterre, ça ne rigole pas hein ! Il doit chercher 8h par jour et PROUVER qu'il cherche du travail par des photos, des témoignages écrits de gens chez qui il va postuler, sachant qu'il lui est impossible de travailler. Très logique tout ça ! Mais malheureusement très réaliste.

Au cours d'un de ses rendez-vous incohérents, il fait la connaissance de Katie, jeune mère célibataire de deux enfants. Pour ne pas être placée en foyer, elle a dû accepter un logement à 450km de sa famille. Là aussi, on marche sur la tête...

Daniel et Katie vont se trouver et tenter de s'entraider avec leurs faibles moyens, dans un système complètement aberrant...

Ce n'est pas un mauvais film, loin de là.

Mais quelle clotûre d'atelier !!!!! Les 2/3 des participants étaient en larmes à la fin du film ! Je les regardais pleurer, atterrée....

Quel intérêt de faire pleurer des gens qui cherchent du travail ? Nous montrer qu'on a de la chance ? Que c'est pire ailleurs ? Et quoi ????? ça va nous prouver quoi ? ça va nous aider en quoi ????? Quel intérêt de regarder un film en atelier de recherche d'emploi ???

Tu veux regarder un bon film ? tu peux ....mais Daniel Blake, comment dire....le regarder quand on a le moral, c'est finir en pleurant. Le regarder quand on a un coup de mou est une véritable erreur ! Alors le regarder au cours d'un atelier qui s'appelle "Booster sa recherche d'emploi"....c'est une grosse blague non ?

En plus, à la fin du film, naïvement, je me suis dit qu'on allait peut-être en débattre, en parler, faire un comparatif des systèmes français et britannique ? Je suis rapidement partie aux toilettes et quand je suis revenue, tout le monde était parti ! Incroyable ! On a terminé l'atelier comme ça, en larmes, le moral au fond des chaussettes  (tricotées main ou pas, ha ha !) pour beaucoup !

J'en ai beaucoup parlé après, ne comprenant pas le sens (mais y en avait-il ?) de ce qui s'était passé. J'ai besoin de comprendre, j'ai besoin que les choses qu'on me fait faire aient un sens, une logique, qu'elles servent à quelque chose. Plusieurs mois plus tard, je trouve toujours cette séance aussi inutile qu'idiote, une fin bâclée, sans intérêt, incompréhensible.

Et qu'on ne vienne pas me dire qu'on ne cherche pas de travail ! Là encore, tout comme au centre anti-douleurs, le système est d'une absurdité extraordinaire ! Mais j'ai fait mes devoirs, je n'ai raté aucun atelier, j'ai participé. Et si parfois j'ai pu passer pour une "rebelle", c'était juste que ce qu'on nous demandait n'avait aucun sens à mes yeux....

Avez-vous déjà connu ce genre d'expérience ? Saviez-vous que cela existait ?

Aujourd'hui j'en souris....parce qu'il y a plus grave dans la vie. Et surtout parce que j'ai eu la chance d'intégrer un groupe de recherche d'emploi hyper dynamique, chaleureux et solidaire...et ça change tout ! Je pense que j'en parlerai très prochainement clindoeil

A très vite ?

good luck

Posté par Huloga à 06:06 A - - Commentaires [45] - Permalien [#]
Tags :