C'est le livre qui m'a accompagnée pendant mon hospitalisation :

400 pages

400 pages. Paru en mars 2018

J'ai beaucoup, beaucoup aimé, même si je ne m'attendais pas à pleurer autant !

Il y a deux histoires parallèles : Anaëlle et Hervé d'un côté, Simon et Thomas de l'autre. Tous des cabossés de la vie, à divers degrés.

Anaëlle est une jeune femme très abîmée, physiquement et moralement. Elle se reconstruit tout doucement, une nouvelle vie. Elle prend son temps. Elle a dû interrompre ses études, a un métier alimentaire mais sa vraie passion est l'écriture. En écrivant son roman, elle prend contact avec Hervé, procureur de la République, pour lui poser des questions d'ordre judiciaire. Il lui répond, amusé, se prend au jeu, et démarrent entre eux des échanges épistolaires "à l'ancienne", avec de vraies lettres papier, des enveloppes, du temps qui s'écoule, de la lenteur, de l'attente joyeuse. Tout ceci parasité par l'assistante du procureur au caractère épouvantable, Jocelyne, vieille fille intransigeante, secrètement amoureuse d'Hervé, jalouse et bourrée d'idées préconçues.

Il y a Simon, tout petit frère de Thomas, un enfant de la nature, des arbres, un enfant heureux et épanoui dans la forêt. Ils ont 19 ans d'écart mais un énorme amour les unit. Un jour, lorsqu'il n'a que 8 ans, Simon tombe malade. Gravement. La vie de Thomas est bouleversée, chamboulée, tourne en pointillé, chaque membre de la famille se relayant à l'hôpital auprès de Simon pour qu'il ne soit jamais seul. Thomas réorganise son travail, heureusement dans la compréhension de tous, mais avec de lourdes conséquences.

J'avais hâte que ces deux histoires se croisent, sans avoir deviné comment !

L'écriture est magnifique, sublime, les personnages très forts, très attachants, même si celui d'Hervé m'a souvent énervée. J'ai adoré suivre leur histoire, comprendre les blessures, les freins, les joies aussi, parce qu'il y en a toujours.

Attention, connaissant le parcours d'Agnès Ledig, c'est un roman triste aussi. Mais avec, toujours, cette immense résilience que nous portons tous en nous, cette capacité à trouver du bon dans du mauvais. J'avais mal à ce moment et cette histoire m'a aidée à garder le cap, à tenir. Il m'est difficile d'en raconter plus sans vous gâcher l'histoire. J'ai tout aimé, même si j'ai pleuré !

Mais n'allez pas vous faire opérer pour en profiter pleinement hein !  NonNon01

A LIRE parce qu'il est magnifique !

bisous1