19 mai 2013

La ligne Maginot

Par 2 fois j'ai noté la référence de ce livre, dans Complément d'Enquête sur France 2 et dans une émission de Franck Ferrant sur Europe 1 :

en vieillissant les hommes pleurent

C'est un récit inédit, celui de ce qu'ont vraiment vécu les hommes qui tenaient la ligne Maginot. Mais ce récit n'apparait clairement qu'à la fin du livre. Avant, Albert se raconte. Il tenait, lui la ligne Maginot, avec d'autres soldats. Il a été fait prisonnier et est rentré dans sa famille en 1945, sans un mot. Et personne ne lui a posé de question sur ce qui s'est passé. Il est rentré vaincu, et surtout honteux, brisé.

Il retrouve sa famille, un fils qu'il n'a pas connu, né après son départ. Il en a un second, qui a 10 ans en 1961. Tout le récit se passe sur une seule journée, de juillet 1961. Cet été-là, Albert est arrivé au bout. Il est là physiquement mais n'est plus là. Et il n'arrive pas à parler...il pleure.

La télé fait son entrée dans leur maison : un évènement ! Ils découvrent sans comprendre, les images de leur fils aîné, parti faire la guerre en Algérie.

Albert est lancé dans le progrès mais il n'en veut pas, il a aimé sa vie d'avant.

Ce jour-là, il s'arrange pour confier son plus jeune fils à son voisin, un instituteur à la retraite. Parce que Gilles lit énormément et que personne, en 1961, ne comprend cela dans cette campagne...Albert sait que son voisin saura prendre soin de Gilles.

C'est un très beau récit, pour comprendre bien des faits qui ne commencent à être mis en lumière que maintenant, 70 ans plus tard.

A lire, pour comprendre, et apprendre !

froid

PS : oui je sais, pas peu de couture en ce moment. Mais avec le froid qui persiste, je n'ai plus envie de coudre du léger, plus du tout. Alors je me mets au chaud et je lis.....

Posté par Huloga à 06:43 A - - Commentaires [21] - Permalien [#]


18 mai 2013

Sympa à lire

celui-ci était depuis un moment sur ma liste :

miss sweety

Petite plongée dans Londres : Samantha vit chez sa grand-mère et la soeur de celle-ci. Elles partagent une grande maison et Samantha est déjà vieille avant l'heure. Elle est pleine de phobies : les fleurs, les bus, les voitures....

Elle travaille dans un journal sous le pseudo de "Miss Sweety", vieille dame qui résoud les peines de coeur de ses lectrices.

Samantha a 36 ans, est célibataire et mène une vie trèèèèèèèès calme.

Evidemment jusqu'au jour où elle découvre une lettre dans sa boîte. Puis une rose. Puis de son thé préféré. Elle prend peur et cherche par tous les moyens à découvrir qui cherche à l'effrayer....ce qui la sort de son existence monotone !

ça se lit bien, c'est sympa, surtout après le flop! du Lévy !

A lire pour passer un bon moment, avec du thé off course !

bisous1

Posté par Huloga à 06:26 A - - Commentaires [11] - Permalien [#]

14 mai 2013

ça se lit, mais c'est tout...

Marc Lévy, il y a du bon, du très bon, et du très mauvais. J'ai tenté le dernier sorti :

un sentiment plus fort que la peur

Alors bon....c'est pas le meilleur hein !

Il s'agit de l'histoire d'une jeune fille qui part à la recherche d'une épave d'avion dans la montagne, pour reconstituer le parcours de sa grand-mère et rétablir l'honneur de sa famille....

C'est pas....comment dire....ça se lit, mais je n'ai pas été emballée. Rien, mais alors rien à voir avec "le 1er jour" et "la 1ère nuit", incroyablement documentés et passionnants. Pas non plus la catastrophe littéraire du "Voleur d'ombre".

Après, si vous n'avez que ça sous la main, ou si on vous l'offre, ça passe hein, mais ce n'est pas le meilleur, c'est certain....

bisous1

Posté par Huloga à 06:18 A - - Commentaires [10] - Permalien [#]

11 mai 2013

Proposition très décente

Je vous propose un échange aujourd'hui.

Anaxel m'a fait découvrir cette petite merveille (elle me l'a envoyé et je lui ai envoyé "prodigieuses créatures") :

Du vent dans mes mollets

Rachel a 9 ans et c'est elle la narratrice. Elle y raconte ses séances de psy, avec ses mots à elle. Pourquoi dort-elle toute habillée avec son cartable ?

On découvre son univers, son horrible maîtresse, ses parents un peu vaches et qui lâchent des mots qui laissent des traces sans s'en rendre compte, sa meilleure amie.

C'est un régal à lire. Le récit est tantôt drôle, tantôt très émouvant...

 

Alors voilà : je le propose à l'échange. Je l'envoie à qui veut contre un Poche que vous auriez envie de me faire découvrir. S'il y a plusieurs intéressées, pas de soucis, vous pouvez faire une chaine entre vous. Ce livre est un petit bijou qui doit voyager !!!

Qui est partante ?

bisous1

Posté par Huloga à 07:24 A - - Commentaires [12] - Permalien [#]

07 mai 2013

C'est dommage !

Samedi dernier, je me suis promenée dans les rayons de la bibli, ma liste sous les yeux.

J'ai pu trouver ce livre :

le bon larron

....que j'ai failli reposer en voyant la couverture. Comme quoi ça compte dans le fait qu'un livre marche ou pas ! Parce que c'est sincèrement un bon livre, mais ni la couverture, ni le titre ne sont adaptés !

Franchement, en regardant la couverture, vous vous attendriez à une histoire qui se passe au 19è siècle en Nouvelle Angleterre ? à une histoire d'orphelin ? nan hein !

C'est pourtant de cela dont il s'agit : de l'histoire de Ren, qui attend dans un orphelinat que quelqu'un vienne l'en sortir. Quand ça arrive enfin, c'est un homme qui se dit être son grand frère et qui l'entraine dans un monde qu'il ne connaissait pas. Benjamin, ce grand frère, vit en déterrant des cadavres dans les cimetières, pour les revendre cher aux médecins qui "travaillent" dessus. A des médecins qui en ont besoin pour apprendre et pouvoir soigner correctement ensuite.

On est plongé dans ce monde difficile et cruel, dans le monde de Ren, qui aimerait comprendre d'où il vient. On y croise des personnages attachants et incroyables....

Et pourtant, si on se fie au titre et à la couverture, on n'emprunte pas le livre !

Et c'est dommage, vraiment, de passer à côté....

Bonne lecture !

lire

Posté par Huloga à 06:24 A - - Commentaires [8] - Permalien [#]


02 mai 2013

Tu devrais voir quelqu'un !

 Passage dans les rayons de la bibli et je tombe sur ce livre, depuis longtemps sur ma liste :

tu devrais voir qq'un

 Il s'agit d'un huit-clos entre 3 personnages : Fatiha (la femme), Julien (le mari), et Sarah (meilleure amie de Fatiha et maîtresse de Julien).

Fatiha est heureuse entre son mari et ses 3 enfants. Fatiguée, mais très heureuse, gaie. Elle trouve Sarah étrange mais elle a toujours été un peu bizarre alors...

Sarah est secrétaire médicale. Le reste du temps, elle écrit, beaucoup. Et elle est la maîtresse de Julien.

Un beau jour, subitement, elle voit apparaitre un homme avec un chapeau, dans son champ de vision arrière. Elle passe tous les examens possibles mais rien n'y fait, il est là, tout en noir. Il s'appelle Janvier et ne fait que ce que Sarah lui dit de faire, par écrit. Alors elle s'enferme et écrit, joue avec Janvier, lui fait faire le ménage, la cuisine, peindre les murs....

Pendant ce temps, Julien ne comprend pas où elle est passée.

Jusqu'à la fin. Une fin étrange dont on ne s'attend pas, pas du tout !

bisous1

Posté par Huloga à 06:09 A - - Commentaires [12] - Permalien [#]

24 avril 2013

Pas pour moi !

Je tenais absolument à lire ce livre qu'on a vu et qu'on voit partout dans les librairies :

Le vieux qui ne voulait pas

Un gros pavé quand même, de plus de 500 pages. Alors que dire ? Les 1ères pages m'ont vraiment emballée. Allan décide de passer par la fenêtre de la chambre de sa maison de retraite, le jour de ses 100 ans. Il part tranquillement, en chaussons. Par un complet hasard, il se retrouve dans la gare routière, il vole une valise, a donc le propriétaire de la valise (un bandit notoire) aux fesses, et tout s'enchaine. Un chapitre sur 2, on remonte le temps dans la longue histoire d'Allan, qui a cotoyé tous les hommes politiques célèbres, de Truman à Mao Tsé Tong.

Si l'histoire se lit bien, moi j'ai un gros problème avec tous les noms suédois. L'impression de me retrouver en permanence dans un catalogue ikéa me gêne carrément.

Je suis allée jusqu'au bout, mais ces noms de canapés et autres meubles m'ont souvent empêchée de garder le fil conducteur...

Les livres suédois/finlandais, aussi bien écrits soient-ils, ne sont définitivement pas pour moi !

Il n'en reste pas moins que c'est un bon livre. Je ne suis pas la bonne lectrice, c'est tout !

bisous1

Posté par Huloga à 08:05 A - - Commentaires [30] - Permalien [#]

19 avril 2013

Ascenseur

Il était sur ma liste depuis un moment, je l'ai trouvé à la bibli :

le cas sneijner

Paul aurait dû mourir dans un ascenseur le 4 janvier 2011. Ils étaient 5 dans cet ascenseur, lui seul s'en est sorti quand la cabine a décroché et a fait une chute vertigineuse.

Après ça, il n'est plus le même. Il n'arrive plus à aller travailler, fait des crises de paniques, étudie munitieusement la nuit le fonctionnement des ascenseurs. Sa vie part en vrille....à cause de l'accident ? Pas seulement, mais ça, il ne s'en rend compte qu'en déroulant le fil de son histoire.

Une remise en cause de ce qui fait l'existence, de nos joies, nos peines, et nos raisons de vivre.

A lire !

Posté par Huloga à 09:04 A - - Commentaires [14] - Permalien [#]

17 avril 2013

Et si on allait au XVè siècle ?

Toujours dans le but de le connaître un peu, j'ai emprunté ce livre de Didier Van Cauwelaert :

la nuit dernière

J'ai adoré !

Jean-Luc Talbot mène une existence un brin ennuyeuse de contrôleur des impôts. Il vit avec Corinne depuis un an, et le fils qu'elle a eu d'un précédent mariage.

Un jour, il part contrôler les gérants d'une société bio, qui vivent dans un château, et toute sa vie bascule. Une certaine Isabeau rentre dans sa vie et en l'espace d'une nuit, il perd pied. Qui est Isabeau ? A-t-il vraiment vécu au XVè siècle avec elle ? qui sont les châtelains ? des fous ? des fans d'ésotérisme ? imagine-t-il tout ce qui lui arrive ou bien sont-ils en train de le faire tourner en bourrique pour qu'ils passent à travers le redressement fiscal ?

Si l'histoire est passionnante, la façon de l'écrire aussi ! Tout comme le héros, nous voilà tiraillé entre la réalité et l'imaginaire, entre le possible et l'improbable, entre le conscient et l'inconscient....

Je l'ai lu sans le lâcher, empiétant sur les nuits !!!

J'aime beaucoup l'idée qu'un auteur soit capable de nous mener dans différents univers d'une façon qui semble si facile. Un bon auteur, une belle découverte, vraiment, vive la radio, et vive Laurent Ruquier !!!!

Le seul bémol est lié à mon métier : à un moment le héros va aux Archives Départementales. Dans la salle de lecture, il dit qu'il ouvre et ferme son cartable : impossible d'avoir un cartable en salle de lecture. Des feuilles, un crayon à papier, oui. Un cartable, non. Il dit qu'il va demander des renseignements à la conservatrice qui est là pour aider en salle de lecture. Ben non, la conservatrice n'est pas en salle de lecture.

Evidemment quand on ne connait pas....ça passe ! icon_lol

 

bisous1

Posté par Huloga à 06:27 A - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

15 avril 2013

Libellules printanières

Un petit livre léger, léger.....

libellules

Pas d'histoires en particulier mais de courtes nouvelles qui se lisent vite, légères, tranches de vie variées dans le quotidien d'un homme. De son existence actuelle à des souvenirs, on passe du coq à l'âne dans une lecture aérienne et agréable....agréable jusque dans le format du livre, petit, léger, aéré.

J'ai aimé cette douceur et ces morceaux de vie qui n'ont aucune prétention, à part celle de passer un moment sympa !

Bien lancée avec un thé, le livre se lit d'une traite !

bisous1

Posté par Huloga à 06:26 A - - Commentaires [5] - Permalien [#]