10 décembre 2016

Douce nuit

Avec tout ce que j'ai lu/entendu/écouté autour de ce roman, il fallait que je le lise !

240 pages

240 pages. Paru en août 2016

Le roman démarre fort par l'assassinat de deux enfants par leur nounou, elle-même gravement blessée. Les parents, hébétés, ne comprennent pas ce qui s'est passé.

Alors on remonte le temps dans cette famille, lorsque Myriam la mère décide de reprendre son travail d'avocate suite à une opportunité. Les enfants sont petits, elle tourne en rond dans son appartement et l'occasion de reprendre le travail se présente. Le couple voit défiler alors tout et n'importe quoi lorsqu'ils cherchent une nounou. Tout, jusqu'à Louise, qui est parfaite. Trop ? Très vite, elle occupe une place indispensable dans la famille, les parents ne sachant plus vivre sans elle. Ils vont jusqu'à l'emmener en vacances sous le couvert de "c'est pour son bien" mais en fait parce qu'ils ne peuvent plus se passer d'elle.

Louise sait tout faire, l'appartement est impeccable, les enfants l'adorent. Mais que se passe-t-il quand les parents sont au travail ? La nounou est-elle si parfaite ? S'occupe-t-elle sincèrement des enfants ?

On plonge dans l'intimité d'une famille ordinaire, une famille qui a les moyens d'engager une nounou à temps plein, un milieu où le dédain existe même si personne ne l'évoque.

On plonge dans l'univers double de Louise....et on se laisse embarquer dans ce roman difficile à lâcher avant la fin, malgré un début effrayant il faut bien le dire.

A vous de voir si vous pouvez vous lancer ! N'ayez pas peur du début, qui est dur mais indispensable à la compréhension de la suite. Ne faites pas de transfert et n'oubliez pas qu'il s'agit d'un roman, d'un policier même....

Et alors vous plongerez aussi ! ....plouf !

père-noël1

Posté par Huloga à 05:25 A - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :


30 novembre 2016

Harry Potter et l'enfant maudit

Tout le monde (ou presque) l'a lu, il fallait que je me plonge dedans !

352 pages

352 pages. Paru en octobre 2016

Mais que je suis mitigée pour vous en parler !

Le scénario est bon, vraiment ! Nous sommes 20 ans après la fin du dernier roman. Harry Potter, marié avec Ginny, a 3 enfants. Le roman parle surtout d'Albus, un enfant qui peine à trouver sa place, qui ne s'entend pas vraiment avec son père trop célèbre. Son meilleur ami n'est autre que Scorpius, l'enfant de....Drago Malefoy ! Ensemble, ils vont remonter dans le temps avec une très bonne intention : empêcher la mort de Cédric Digorry. Sauf que rien ne va se passer comme ils le pensaient.

En seconde lecture, on comprend bien qu'un changement infime dans le passé peut absolument tout changer dans le présent !

Je suis mitigée parce qu'elle avait là la matière à écrire un très bon roman. Alors pourquoi la pièce de théâtre ? Une envie ? Un besoin de faire autre chose ? D'exploiter autre chose ?

Parce que là je vous décris la trame du scénario mais la lecture est bien celle d'une pièce de théâtre. Si ça ne me dérange pas, j'imagine que ça peut dérouter des enfants. Et du coup en lisant, on ne peut pas s'empêcher de se projeter sur une scène et ça interfère forcément avec la lecture.

Mais vraiment le fil conducteur (le voyage dans le temps) est très bon. Reste cette lecture particulière du coup, qu'on arrive à dépasser...ou pas.

Bref, à vous de voir !

 

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

Abandons :

Conseillé par une des bibliothécaires, je ne suis pas allée jusqu'au bout :

320 pages

320 pages, paru en 2013

Après la méthode de Marie Kondo, il était intéressant de lire un autre ouvrage dans la même lignée. Sauf que là, l'auteure prône le vide par le vide. Et quelle tristesse doit être une maison vide de tout, épurée....qui n'est plus vivante du coup ! Je ne suis pas allée jusqu'au bout. Je comprends sa philosophie de vie, mais tout jeter ou donner, ne rien garder....j'ai mes limites !

Peut-être faut-il le prendre comme le livre de Marie Kondo : on y pioche les conseils qui nous parlent ?

 

 

Autre abandon :

544 pages

544 pages. Paru en octobre 2016

Je ne dois pas être la bonne lectrice ! J'ai lu 50 pages, je me suis accrochée....100 pages...et j'ai décroché....

J'ai l'impression de me retrouver dans un Lévy. Et je n'aime pas (tous les romans de) Lévy....

On est loin des romans auxquels Gilles Legardinier nous a habitués, c'est peut-être ce qui m'a perdue ? C'est une quête de deux enquêteurs autour de vols de reliques anciennes et uniques....

ça n'a pas pris, j'ai eu le sentiment de rater la marche !

Peut-être que, une autre fois, plus tard, je le reprendrai et l'apprécierai ? Les critiques sont excellentes. Je ne dois juste pas être le bon public ! Parce qu'il ne méritait pas le lynchage des chroniqueurs de l'émission de Ruquier et il est resté exemplaire. bravo

bisous1

PS : vous voyez que je n'aime pas tous les livres qui me passent entre les mains ! clindoeil

Posté par Huloga à 05:05 A - - Commentaires [21] - Permalien [#]

18 novembre 2016

Miss Pérégrine et les enfants particuliers : la bibliothèque des âmes

Nous sommes allés voir "Miss Pérégrine" au cinéma. Il raconte le tome 1 de la trilogie. J'ai déjà lu le tome 1 et le tome 2. Le film m'a donné envie de lire le tome 3, que j'ai acheté (nous n'avons pas trouvé le tome 2 à la fnac. Donc on a acheté le 1 et le 3....il faut que je trouve le 2) :

592 pages

592 pages. Paru en mai 2016

Je l'attends depuis sa sortie à la bibli. Il est en équipement mais pas en prêt....comprends pô.

De toute façon, j'achète peu de livres mais cette trilogie vaut la peine je trouve. Sa construction si spéciale avec les photos centenaires et le fait qu'elle puisse être lue par toute la famille sont des arguments de taille ! Pour celles qui ne connaissent pas, l'auteur a construit l'histoire autour de photos centenaires, qui collectionne. Il y a 100 ans, il fallait un temps de pose long, sinon les photos étaient ratées. Cela donne des effets spéciaux non voulus : des personnes qui lévitent, des enfants sans tête, etc....Il voulait que ces photos servent, alors il a inventé une histoire autour. Même pour le tome 3, l'insertion des images reste logique, elles n'arrivent pas là comme un cheveu sur la soupe, et pourtant c'était le risque !

Nous replongeons dans cet univers si particulier et unique, avec des enfants qui ne grandissent pas, qui ont des pouvoirs extraordinaires, sont forts mais qu'il faut protéger...

Cette fois le héros, Jacob, prend pleinement conscience de ses pouvoirs et apprend à s'en servir : il peut contrôler les Sépulcreux. Cela change évidemment tout pour les combattre et vaincre les méchants.

L'intrigue se dénoue peut à peut au fil des 600 pages. On comprend des choses, on progresse dans l'intrigue et surtout, surtout, il y a une vraie fin !

Le travail avec les photos est toujours là, pas de déception. L'histoire reste logique, en insérant les photos "ratées" ou non.

A lire si vous avez lu les 2 premiers, sinon ça n'a aucun intérêt !

Je suis un peu sortie du Feel good....ça change !

bisous1

Posté par Huloga à 05:30 A - - Commentaires [6] - Permalien [#]

10 novembre 2016

La ballade de l'enfant gris

Attention, tartine à venir !!!!

Ce livre, je l'ai acheté. Mais avant de le lire, il y a une belle histoire.

J'aime cet auteur depuis "Alors voilà", "Alors vous ne serez plus jamais triste", "Je te donne".

Baptiste Beaulieu, c'est un homme avant tout bienveillant. Je le suis sur son blog et sur Facebook.

Baptiste Beaulieu, j'ai eu la chance de pouvoir aller le rencontrer "en vrai", en octobre. Pour une conférence, suivie d'une séance de dédicace pendant laquelle, fidèle à lui-même, il prend soin de ses lecteurs. J'ai eu droit à une dédicace merveilleuse dans mon agenda (et pour celles qui me connaissent, vous savez comme mon agenda, c'est tout ma vie que je traine), deux câlins (oui oui, 2 ! Un pour moi, un par procuration pour une amie !) et 5 mn d'échange où tu te sens seule au monde et terriblement intimidée aussi.

Entendons-nous bien, je ne suis pas tombée amoureuse. J'ai juste compris ma chance de pouvoir rencontrer une personne aussi solaire et aussi bienveillante. Je suis sortie de là remplie d'énergie, heureuse, et en sachant que cette rencontre allait changer ma vie. Je ne suis pas une groupie non plus. J'admire et je respecte profondément la personne qu'il est. Il a une aura, une vraie.

Donc je suis sortie avec son dernier livre :

416 pages

416 pages. Paru le 28 septembre 2016.

Ayant pu l'écouter lors de la conférence, je n'ai pas entamé ma lecture de la même façon que si je n'avais pas été présente.

Le livre est à mettre en haut de votre pile, de votre liste ....et je ne dis pas ça parce que je l'ai rencontré. Non, mais parce qu'il s'agit d'un vrai bon roman. Impossible à lâcher, à quitter...je l'ai embarqué partout avec moi, ce qui est rare.

Pourtant, le roman démarre par le décès d'un enfant. Il s'appelle No, il a 7 ans. C'est un "enfant gris", un enfant atteint de leucémie, maladie qui donne une peau grise aux petits malades. Dans la vie de No, il n'y a pas grand monde. Il y a sa maman, qui vient peu le voir, et qui remplit scrupuleusement un carnet, racontant son histoire à No, quand elle vient. Dans la vie de No, il y a aussi Jo, un de ses médecins. Il est jeune. Jo va subir de façon très violente la mort de No, mais on ne sait pas pourquoi. Jo appelle ce moment "la déchirure"....et on ne sait pas pourquoi. Alors on dévore les pages pour savoir !

Parce que peu après sa mort, No revient dans la vie de Jo. Tout le temps. No est un petit fantôme muet mais présent, drôle aussi, et qui va pousser Jo à prendre des décisions qu'il décale.

Jo et No sont et vont être inséparables. Jo veut savoir, Jo veut comprendre...et nous aussi.

Le roman fourmille de détails qui font qu'on s'attache terriblement. Il a parcemé le livre de photos, prises par Jo, où il a vu le petit fantôme....et nous on cherche, on cherche une ombre, un signe, on ne peut pas s'empêcher de chercher sur ces photos !

A lire, évidemment, ça tombe sous le sens ! (nan ? arrivée là, vous en doutiez encore ?)

Le plus dingue, c'est que l'intrigue est si bien ficelée, la fin si bien écrite, que quand on le referme, on n'a qu'une envie : le recommencer pour retrouver les petits signes disséminés tout au long des 400 pages, qui nous auraient menés au dénouement. Il a fallu que je me retienne très fort d'aller lire les dernières pages, pour savoir ! Alors j'ai lu jusqu'à pas d'heure. En plus c'est super tentant avec des chapitres courts, de se dire "allez juste un autre et j'arrête !".....(ne me dites pas que je suis la seule à faire ça ???). Un livre extrêmement riche, on sent le travail d'écrire, de réécriture !

C'est rare un livre qu'on voudrait relire dès qu'on arrive à la fin !

Et découvrez cet homme formidable qu'est Baptiste Beaulieu, qui s'engage et milite de plus en plus pour la bienveillance, l'amour et la tolérance ! coeur1

Bref.....go !!!!! course

bisous1

PS : vous êtes encore là ?

Posté par Huloga à 05:32 A - - Commentaires [33] - Permalien [#]

02 novembre 2016

Demain est un autre jour

Je l'avais réservé à la bibli :

464 pages

464 pages. Paru en 2013. Paru en poche.

Le fait de devoir réserver un livre paru en 2013 est un signe qui ne trompe pas : c'est un bon livre !

Et effectivement, c'est un très bon roman !

Brett a une vie au carré : elle vit avec un très bel homme, dans un bel appart, et travaille dans l'entreprise florissante créée par sa mère. Sauf que sa mère tombe malade (cancer), que Brett s'en occupe énormément jusqu'à son décès, et que cela va changer sa vie. Le roman commence le jour de l'enterrement de la maman et commence fort. Brett se prend une très grosse cuite....

Et puis vient le temps de la lecture du testament. Brett, ses deux frères, ses belles-soeurs, tous sont persuadés que c'est Brett qui va hériter de l'entreprise familiale et de la fortune qui va avec. Il n'en est rien. Son héritage est une page d'écolier, que sa mère avait récupérée dans la poubelle quand Brett avait 14 ans. Dessus, elle avait noté les choses qu'elle voulait et devait réaliser dans sa vie. Il en reste 10. A chaque rêve réalisé, l'avocat qui s'occupe de l'héritage lui remettra une enveloppe pour avancer jusqu'au suivant. Elle n'a pas d'ordre à suivre, mais une année pour aller au bout de ses 10 voeux. Ensuite, et seulement si elle a réalisé ses 10 voeux, elle pourra savoir ce qu'elle touche en héritage. Ou pas.

Brett est dans la colère, l'incompréhension. Et puis elle comprend petit à petit que le souhait de sa mère est qu'elle soit heureuse.

Alors commence pour elle un chamboulement complet de sa vie, de ses certitudes, pour se retrouver et être bien.

 

Han de la littérature feel good ? Encore ?????

Sorry.... chuicaché

 

A LIRE !!!!

Piske je vous le dis ! M'enfin !

bisous1

 

Posté par Huloga à 05:58 A - - Commentaires [28] - Permalien [#]


27 octobre 2016

On regrettera plus tard

J'ai mis un peu de temps avant de l'avoir à la bibli :

310 pages

310 pages. Paru en mars 2016

Valentine est une institutrice de campagne. Elle vit seule, s'occupant de sa petite école avec son meilleur ami Gaël.

Un soir, un terrible orage éclate et elle ouvre la porte sur un papa affolé, trempé, tenant dans ses bras sa petite fille Anna-Nina fiévreuse. Et puis, évidemment, ils ne vont pas se quitter, même si rien ne sera simple.

Eric et sa fille vivent depuis la naissance de cette dernière dans une roulotte, sillonnant les route au gré de leurs envies et des deux chevaux qui tirent la roulotte. Anna-Nina n'a jamais connu sa mère, morte en lui donnant la vie 7 ans plus tôt.

Ils sont cabossés par la vie, bourrus, mais attachants ! Et on s'attache à ses personnages riches et pleins de vie !

Une bien belle écriture pour une belle histoire.

Parallèlement, on suit l'histoire ô combien difficile de Suzanne, jeune femme enceinte en 1944, tombée aux mains des Nazis qui la torturent pour savoir où se cache son mari résistant. On ne comprend pas le pourquoi de ces chapitres intercalés, en se disant bien (quand même, on n'est pas bêtes !) qu'il doit y avoir un lien. Et à la fin, subitement et de façon quasi magique, tout s'emboîte dites donc !

Un seul bémol : l'auteure aurait parfaitement pu se passer (et nous aussi) des quelques chapitres hot et crus....il n'y en a pas beaucoup, mais ça n'apporte rien au récit magnifique....

 

Je suis dans le "feel good" en ce moment, tant pis pour vous !  chante

 

bisous1

Posté par Huloga à 05:02 A - - Commentaires [19] - Permalien [#]

23 octobre 2016

L'étoile d'argent

J'avais beaucoup aimé "Le château de verre", alors quand je suis tombée sur celui-ci à la bibli, je n'ai pas hésité :

360 pages

360 pages, paru en janvier 2016

On est en 1970. Jean, que tout le monde appelle Bean, a 12 ans. Elle a une soeur de 15 ans, Liz, et elles sont souvent livrées à elles-mêmes, leur mère étant fréquemment absente. Le mot n'est jamais écrit mais on devine qu'elle est bi-polaire. Artiste, chanteuse ratée, elle part régulièrement plusieurs jours, laissant les filles se débrouiller avec un peu d'argent.

Elle ment aussi. Un jour, mise face à un gros mensonge, elle part....et ne revient pas.

Sans argent, ayant peur de se retrouver placées en famille d'accueil, Liz et Bean décident de partir chez leur oncle, le frère de leur mère. C'est une sorte d'ermite, mais attachant, et les filles vont se plaire en sa compagnie. Bean, qui ne l'avait vu que bébé, apprend à le connaître, mais elle fait aussi la connaissance d'une famille qu'elle ne connaissait pas : celle de son propre père, mort au combat. Les filles sont volontaires et courageuses, elles ne veulent pas peser financièrement sur leur oncle. Elles trouvent du travail et ce sera le début des ennuis, dans cette petite ville repliée sur elle-même.

Mais je ne vous en raconte pas plus !

C'est un livre que j'ai dévoré plus que lu. On s'attache aux personnages des filles, de l'oncle, du cousin Joe.....

A LIRE parce que très très bien écrit !!!

bisous1

PS, j'ai pris le temps de faire une photo. Un passage aux Champs Libres, un passage dans ma bibli préférée, un passage dans ma boîte-aux-lettres, un passage chez le marchand de journaux, un passage à la Fnac, une rencontre avec un auteur et....je vais manquer de TEMPS !!!! peur2

IMG_6588

Posté par Huloga à 05:31 A - - Commentaires [18] - Permalien [#]

17 octobre 2016

Hortense

J'aime beaucoup cet auteur, alors quand son livre est sorti, je savais que j'allais le lire :

41vo6HUKTdL

320 pages. Paru en juin 2016.

Alors là, et c'est rare, j'en ressors extrêmement mitigée. gné

 

Je l'ai lu très vite, en 3 soirées, mais je reste sur ma faim. Les critiques sont excellentes et pourtant, concernant le dénouement tant attendu, cette fin si exceptionnelle....je l'avais devinée, avec des indices disséminés qui m'ont fait "penser que"....et oui....et crotte.

L'intrigue : en 1993, Sophie vit un drame épouvantable, sa petite fille Hortense, tout juste 3 ans, lui est enlevée par le père biologique. Après 22 ans pendant lesquels elle ne s'en remettra jamais et continue à la chercher, elle tombe sur elle dans la rue.

Évidemment c'est bien écrit, très bien écrit. Mais certaines incohérences m'ont gênée par moment, ça ne collait pas. Pourtant je ne l'ai pas lâché. Difficile de me faire une opinion tranchée sur le roman et c'est rare ! En fait, j'ai aimé, "mais".

 

ça vient peut-être de moi, aussi votre avis m'intéresse beaucoup si vous l'avez lu ou allez le lire !

Donc il faudrait que vous le lisiez pour me donner votre avis ccelaoui

bisous1

Posté par Huloga à 05:42 A - - Commentaires [16] - Permalien [#]

13 octobre 2016

Un parfum d'encre et de liberté

Je voulais le lire dès sa sortie, ayant adoré le précédent :

396 pages

396 pages. Paru en février 2016

J'ai lu les critiques, je n'aurais pas dû ! Certaines critiques étaient très négatives, moi j'ai vraiment beaucoup aimé. A vous de vous faire votre propre opinion.

Nous naviguons ici entre 1859, avec la jeune Sarah, qui va faire son possible pour combattre l'esclavage dans un monde qui n'est pas prêt à l'abandonner, et qui n'est pas non plus fait pour que les femmes puissent avoir un rôle à jouer....et 2014 avec Eden, une jeune femme en mal d'enfant malgré de nombreuses tentatives. Leur lien ? La maison. Une maison qui a abrité de nombreux esclaves qui fuyaient, souvent en y laissant leur vie, des conditions inacceptables.

La jeune Sarah Brown a un talent rare à l'époque : elle sait dessiner. Son père, militant actif pour l'abolition de l'esclavage, va donc utiliser son talent pour aider les esclaves en fuite.

Parallèlement, Eden va retrouver dans la ville de New Charleston, le goût de vivre, qu'elle a perdu à force d'essayer d'avoir un bébé.

Les personnages sont attachants, on découvre les liens entre les 2 histoires petit à petit....j'ai dû me forcer pour éteindre la lumière !

Je vous le conseille vivement, et pas seulement pour le côté roman, mais également pour tout ce qu'on apprend sur le Chemin de fer clandestin, qui aidait les esclaves en fuite, sur les codes utilisés sur des poupées, qui pouvaient sauver des vies, sur tout ce que des anonymes ont fait pour aider des gens qu'ils ne connaissaient même pas, parce qu'ils croyaient dans leurs valeurs.

C'est un livre fort parce qu'il s'appuie sur des recherches historiques réelles et importantes.

A LIRE !!!!

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

Abandon :

J'étais toute contente de déjà trouver des livres de la rentrée littéraire 2016 à la bibli :

192 pages

192 pages. Paru en août 2016

Une jeune femme choisit de s'isoler dans une sorte de bulle/ovni, en haute montagne, pour affronter la solitude et les éléments.

Bon ben je ne dois pas être le public qu'il faut pour ce livre, parce que je me suis ennuyéééééééeeeeeeee !!!!

J'ai tenu 40 pages et j'ai laissé tomber.

Pas graf, il y en a tellement à lire !

Mais déjà que je trouvais cette rentrée littéraire superbement triste, ça ne va pas dans l'autre sens !

 

bisous1

Posté par Huloga à 05:03 A - - Commentaires [14] - Permalien [#]

09 octobre 2016

En attendant Bojangles

Les critiques étaient dingues sur ce livre, il fallait que je le lise :

160 pages

160 pages. Paru le jour de mon anniversaire en 2016 !

C'est marrant, la couverture m'a rebutée plus qu'attirée. A tort !

Un jeune garçon vit avec ses parents fantasques et sa vie n'a rien à voir avec celle des autres enfants. Son père n'appelle jamais sa mère 2 jours de suite avec le même prénom, il y a des fêtes, un château en Espagne, ils vivent avec une grue qui est prénommée Mademoiselle Superfétatoire ! Il est vivement conseillé de sauter sur les canapés, de manger en pleine nuit, de vivre à fond !

Une vie à part, formidablement joyeuse, et qui cache en réalité un drame : la maman, Louise, perd la tête. Le papa essaie juste de cacher sa folie en la suivant dans ses délires, pour préserver le petit garçon.

Ils ont une vie rêvée même si par moment on sent bien qu'il y a des soucis.

Un livre qui contourne la folie de façon extraordinaire, par amour. Parce que ce papa aime tellement sa femme et son fils, qu'il fait tout pour qu'ils aient la vie qu'ils veulent.

Un roman POSITIF, qui montre bien que dans la vie il y a 2 solutions : baisser la tête ou la relever et foncer !

J'aime l'idée de foncer !

A LIRE ABSOLUMENT !!!!

En plus ça se lit très très vite !

bisous1

Posté par Huloga à 05:55 A - - Commentaires [34] - Permalien [#]