25 juin 2016

Avec maman

Hugo m'a offert ce livre pour la fête des mères :

408 pages

408 pages. Paru en poche en mai 2016

ça se lit vite, le rythme est vif et on se marre beaucoup !

La maman de l'auteur vient d'avoir un smartphone et on suit ses progrès à travers les échanges de sms avec son fils.

ça parle de tout, c'est souvent vraiment très drôle, mais pas seulement. On commence à lire, une page, deux pages....et on est complètement embarqué, impossible de s'arrêter. Je me suis marrée souvent !

Les échanges sont vraiment percutants !

A lire absolument !!!

bisous1

Posté par Huloga à 05:57 A - - Commentaires [22] - Permalien [#]


19 juin 2016

La malédiction Grimm

Ah je l'ai cherché longtemps ce livre ! Mais je ne le cherchais pas au bon endroit dans la bibli, alors j'aurais pu chercher longtemps ! Je le pensais en jeunesse, il était dans la catégorie des jeunes adultes :

510 pages

510 pages. Paru en février 2014

Élisabeth est une jeune lycéenne qui ne parvient pas à s'intégrer dans sa classe, dans son lycée. Elle n'a pas d'amis. Un jour, son professeur d'histoire lui propose de travailler dans une bibliothèque très particulière. On ne peut pas y emprunter des livres, mais des objets. Certains anciens, certains historiques et d'autres magiques, ceux de la collection Grimm, regroupant les objets utilisés dans les contes.

Élisabeth fait la connaissance d'Anjalie et de Marc, elle s'investit dans le fonctionnement de la bibliothèque et de son fonctionnement. Et puis elle comprend que des objets de la collection Grimm disparaissent peu à peu. Elle va alors essayer de résoudre ce mystère....

Une écriture simple et une histoire parfaite pour s'évader du quotidien ! J'ai tellement aimé que je suis allée chercher le suivant !

Ne soyez pas rebutée par les 510 pages, c'est aéré et ça se lit bien !

bisous1

Posté par Huloga à 05:11 A - - Commentaires [14] - Permalien [#]

14 juin 2016

Je te donne

J'ai eu du mal à le trouver et c'est une bonne chose :

juin 2016

Paru le 1er juin 2016. 96 pages

 

Ce petit livre sorti le 1er juin est là pour rappeler qu’il faut, qu’on peut, qu’on devrait tous quand on peut, donner son sang. Baptiste Beaulieu (médecin), Agnès Ledig (sage-femme), et Martin Winckler (médecin), se sont réunis autour de 3 nouvelles ayant chacune un point commun : le don de sang.

Le don, faire un don. Ce n’est pas anodin et pourtant les centres ont besoin de ces dons.

Donner quoi ? Du sang, du plasma, des plaquettes.

Chacun donne pour une raison différente, mais beaucoup se donnent des raisons pour ne pas y aller. Et pourtant.

Donner ne coûte rien, à part un peu de temps, un peu d’énergie aussi, mais ce n’est rien par rapport à ceux qui vont bénéficier de votre geste.

Pourquoi je donne ? Quand j’avais 18 ans, mon père a eu un grave accident. J’aurais voulu donner pour lui, directement, mais ce n’est pas possible. Alors depuis mes 18 ans je donne pour les autres, parce que c’est un peu pareil non ? J’ai beaucoup donné de 18 à 24 ans. Parce que c’était facile, parce que l’établissement de don était à la fac sur Rennes, puis à Strasbourg en face de mon lieu de travail. J’y allais souvent, très souvent. Et puis il y a eu les enfants, et il a fallu freiner. J’ai repris dès que j’ai pu, mais moins qu’avant. Mais ce n’est pas grave : moins ou peu, c’est déjà tellement mieux que pas du tout !

Puis il y a eu Tahiti. Le retour en France, une attente obligatoire. Et puis j’ai repris mes dons. Aussi souvent que possible, c’était-à-dire en laissant entre 2 et 3 semaines entre chaque. Je donne du plasma. Parce que ça prend du temps mais pas tant que ça, parce qu’on peut donner souvent (il faut juste 15 jours entre 2 dons de plasma), parce que ça fatigue moins et qu’on récupère plus vite, et parce que j’ai un super pouvoir. Et pendant que je donne, la pompe dans la main, je lis ! C’est un temps pour moi, où je réalise pleinement la portée de ce que je suis en train de faire, l’impact que cela aura sur des gens que je ne connais pas, que je ne connaitrais jamais et c’est très bien comme ça.

Ouiiiiiii, j’ai un super pouvoir, mais qui n’est exceptionnel que si je le partage, que j’en donne un peu, que ça sert aux autres. Serait-il aussi valorisant s’il ne servait pas ? Assurément non ! Et je vous vois là, derrière votre écran, vous demander quel est ce super pouvoir ! Ah ah ! Mais si, je vous vois ! nananèreuh

 

Et bien j’ai des taux d’anticorps de dingue pour le tétanos (64 fois la normale), la polyo, l’hépatite B (30 fois la normale). Alors quand le centre m’appelle pour me dire qu’ils ont besoin de moi, je trouve « le temps de ». Même si ça n’est pas vraiment le moment.

Oh et je vois gros comme un camion arriver l’argument de la peur des aiguilles ! Ah mais moi aussi je l’ai ! Si on me pique et que je regarde, pouf !, je tourne de l’œil pommes! Et alors ? Ça m’empêche d’y aller ? Non ! Et est-ce que ceux qui se font perfuser pour sauver leur vie ont le droit d’avoir peur des aiguilles ? C’est ce que je me dis pour me motiver : ceux qui attendent un don ne peuvent pas se permettre d’avoir peur, et pourtant ils l’ont forcément.

Alors je m’agace quand je vois que les gens sont difficiles à motiver pour y aller. Tout le monde ne peut pas le faire, pour des raisons de santé, de voyage ou autre. Mais quand ceux qui peuvent n’y vont pas pour des raisons qui n’en sont pas, ça m’agace un peu.

Je parle peu des dons que je fais, parce que je ne le fais pas pour la gloire mais par conviction personnelle. Donc je n’y reviendrai pas ici.

Le lendemain de mon dernier don, j’ai fait un gros malaise. Et bien ça ne m’empêchera pas de retourner donner, parce que c’est plus important qu’un coup de mou….

Aujourd’hui, c’est la journée mondiale du don de sang.

Et si une seule personne, en lisant ces lignes, aura changé d’avis, ira pousser la porte d’un centre, alors ce sera déjà formidable.

N’attendez pas d’avoir un proche concerné pour donner. Donner ne coûte rien mais apporte tellement !

Et vous ? Donnez-vous ? Allez-vous acheter ce livre ? L'avez-vous fait ?

Le don fait partie de mes valeurs, il me rend fière de moi.

bisous1

Posté par Huloga à 05:04 A - - Commentaires [19] - Permalien [#]

13 juin 2016

Je m'appelle livre et je vais vous raconter mon histoire

Un petit livre, trouvé côté jeunesse à la bibli :

janv 2015

Paru en janvier 2015. 144 pages

Un livre très amusant, dévoré en une soirée !

Livre est quelqu'un d'important, et il nous raconte ici son histoire. Des débuts de l'écriture aux liseuses, des tablettes d'argile aux écrans. Livre nous fait sa bibliographie, sa vie, son importance pour nous les hommes.

Il explique le pourquoi du comment de son existence, de son importance pour nos sociétés. J'ai retrouvé en partie un théme que j'ai déjà lu : à quoi sert le livre ? Quelle est son utilité ?

C'est un livre à mettre entre toutes les mains. Parce qu'on réfléchit peu à son rôle quand on l'a entre les mains, et pourtant ...

A lire et à faire lire aux enfants !

bisous1

Posté par Huloga à 05:07 A - - Commentaires [10] - Permalien [#]

08 juin 2016

Toute la lumière que nous ne pouvons voir

Attention, pépite !

avril 2015

Paru en avril 2015. 600 pages.

Deux histoires parallèles, celle de Marie-Laure et celle de Werner.

Marie-Laure a perdu sa maman au moment de sa naissance. Elle vit avec son papa, serrurier au Musée d'histoire naturelle à Paris. A 6 ans, elle devient aveugle. Son papa s'occupe d'elle, la couve, lui fabrique des objets ingénieux pour développer sa dextérité. Marie-Laure est heureuse, elle se plonge dans les romans de Jules Verne....et puis la guerre arrive et tout change pour elle.

Son père est chargé de protéger une copie ou l'original d'un très gros diamant. Il existe un original et 3 copies. Il ne sait pas quel exemplaire est en sa possession, mais il va tout faire pour le protéger. Avec Marie-Laure, ils fuient Paris et se réfugient à St-Malo, auprès de leur famille, un oncle excentrique qui est revenu bizarre et perdu de la Première Guerre Mondiale.

Pour Marie-Laure, il construit une maquette de la ville close. Pour qu'elle se repère, même si elle n'a pas le droit de sortir.

De son côté Werner est séparé de sa soeur pour intégrer une haute école prestigieuse. Il va apprendre mais aussi vivre des moments difficiles auprès de son seul ami Frédéric. Il écrit d'abord beaucoup à sa soeur Jutta puis les lettres s'espacent, à cause de la censure mais aussi parce qu'il n'ose pas lui raconter ses conditions de vie.

Évidemment on dévore les pages, pour savoir quand et comment Werner et Marie-Laure vont se rencontrer.

Alors je ne vais pas vous en dire plus. Parce que vous allez et devez lire ce formidable roman, à l'écriture formidable !

A LIIIIIIIIIRE !!!!!!

bisous1

Posté par Huloga à 05:42 A - - Commentaires [28] - Permalien [#]


02 juin 2016

Le journal d'Helga

Il a attiré mon regard à la bibli :

2015

Paru en 2013. 257 pages

La petite Helga a 9 ans quand elle commence son premier cahier. Ici ce livre est constitué de 3 cahiers, miraculeusement sauvés de la destruction, et de feuilles volantes, de dessins, le tout nous donne un regard d'enfant sur la situation terrible de ces milliers d'enfants.

Helga est dans un premier temps internée avec ses parents, puis seulement avec sa mère, dans le camp de Terezin. Elle sera ensuite déportée à Auschwitz et à Mauthausen. Elle fera partie de la centaine d'enfants survivants sur les 15.000 déportés.

Elle explique la faim, le froid, les amis qui disparaissent une à une, les privations, la peur.

Les dessins apportent un plus et c'est certainement un témoignage important sur cette période et sur l'après. Parce qu'après la lecture de ces cahiers, il y a l'après. On croit que tout est terminé en 1945, qu'Helga a la chance de rentrer avec sa mère, mais il n'en est rien. Quand elles reviennent enfin, leur appartement est occupé, Helga a des années d'école à rattraper....

J'ai aimé ce témoignage différent, cette trace du passé, incroyablement sauvé, et connaitre l'après.

A lire !

bisous1

Posté par Huloga à 05:40 A - - Commentaires [17] - Permalien [#]

22 mai 2016

Le mystère Henri Pick

Je l'attendais avec impatience :

Avril 2016

Paru le 1er avril 2016. 288 pages

C'est un roman chorale, parti je crois bien d'une histoire vraie.

Il existe au Québec une bibliothèque pour les livres qui n'ont jamais été édité, ceux qui ont été refusé partout, les incompris.

Dans la petite ville de Crozon, tout au bout du bout de la France, un bibliothécaire breton têtu (faut-il le préciser ? lol2 ) décide de consacrer une partie de ses étagères aux romans refusés. Une seule contrainte pour les auteurs : venir déposer eux-mêmes leur roman. Le temps passe. Il décède mais la bibliothèque poursuit sa petite vie.

Originaire de Crozon, amoureuse d'un romancier, une jeune éditrice fait une découverte dans ces étagères, qui va bouleverser bien des vies. Elle tombe sur un roman formidable, écrit par un certain Henri Pick, ancien pizzaiolo, décédé. Le roman connait un succès incroyable, changeant le destin de nombreuses personnes. Mais qui connait le succès ? Le roman ? Henri Pick ? ou bien l'histoire et le contexte du roman ?

L'écriture est totalement différente du précédent roman de David Foenkinos (Charlotte) et m'a bien surprise !

ça se lit bien, on rencontre des tas de personnages, on passe de l'un à l'autre et pourtant ils ont tous un ou des points communs !

Un grand merci à Ninie qui m'a permis de le lire.

Je suis fan de cet auteur, qui ne m'a jamais déçue.

Alors évidemment.... à lire !

 

bisous1

 

Posté par Huloga à 05:36 A - - Commentaires [25] - Permalien [#]

16 mai 2016

Maman a tort

Un gros pavé pas vite avalé :

2015

Paru en 2015. 512 pages

Peut-être parce que parallèlement je lisais le passionnant livre dont je vous ai parlé la dernière fois ?

J'ai eu du mal à entrer dedans vraiment, à être happée. J'y ai cru, et ça a fait pof très vite, sans que j'arrive à déterminer pourquoi. J'ai relevé de nombreuses incohérences qui m'ont agacée, ceci explique peut-être cela....

Malone est un petit garçon de 3 ans. Il a un papa, une maman, il va à l'école. Tout irait bien si Malone ne racontait pas d'histoires sans queue ni tête, tout droit sorties de son doudou, Gouti.

Le psychologue scolaire est mis en alerte assez vite : Malone ne vit pas avec ses vrais parents. Mais alors d'où vient-il ?

Il essaie de prévenir la commissaire Augresse, celle-ci étant déjà très occupée par une affaire de hold-up qui a mal tourné...

On se doute super vite que les affaires sont liées. Mais, je ne sais pas. Les incohérences, la sensation que l'histoire s'éparpille et part dans tous les sens...

Je suis pourtant allée jusqu'au bout, mais....j'ai été déçue. Encore des incohérences.

Ce n'est sans doute pas un mauvais roman policier. Je ne suis peut-être pas assez conciliante sur les incohérences d'un roman ?

Bref...pô indispensable ! (et là, j'en entends certaines, si si, je les entends, soupirer de soulagement : ce livre n'est pas à noter sur la longue liste ! J'vous dis que je vous entends ! nananèreuh)

Ne vous emballez pas trop vite, j'embraye direct avec le dernier roman d'un de mes auteurs favoris !

bisous1

Posté par Huloga à 05:09 A - - Commentaires [22] - Permalien [#]

12 mai 2016

N'espérez pas vous débarrasser des livres !

Une vraie petite pépite découverte à la bibli :

2009

Paru en 2009. 342 pages.

Si vous lisez cet article, c'est que la lecture vous attire. Mais avez-vous déjà pensé à la place des livres, passée, actuelle et future, dans nos sociétés ?

Croyez-vous qu'ils vont disparaitre ? Que le numérique va gagner ?

Par le biais d'un dialogue, d'un échange entre Jean-Claude Carrière et Umberto Éco, on comprend des tonnes de choses, des évidences pour eux, et on apprend beaucoup aussi. Le livre se lit extrêmement bien, l'échange est gai et très constructif.

 

Pour une fois, je vous mets le résumé de l'éditeur, qui en parle vraiment mieux que moi :

Le gai savoir : rarement l'expression nietschéenne se sera aussi bien appliquée qu'à ce livre... sur les livres ! Du papyrus au fichier électronique, nous traversons cinq mille ans d'histoire du livre à travers une discussion à la fois érudite et humoristique, savante et subjective, dialectique et anecdotique, curieuse et goûteuse. On y parcourt les temps et les lieux, les personnes réelles s'y mêlent aux personnages de fiction, on y fait l'éloge de la bêtise, on y analyse la passion du collectionneur, les raisons pour lesquelles telle époque engendre des chefs-d'oeuvre, la manière dont fonctionnent la mémoire et le classement d'une bibliothèque. On y explique pourquoi " les poules ont mis un siècle pour apprendre à ne pas traverser la route " ou comment " notre connaissance du passé est due à des crétins, des imbéciles ou des adversaires ". Bref, on s'y amuse de la " furia littéraire " de deux passion-nés qui nous entraînent dans leur folle farandole dont chaque tour surprend, distrait, enseigne. En ces temps d'obscurantisme galopant, c'est peut-être le plus bel hommage qui se puisse imaginer à la culture de l'esprit, et l'antidote le plus efficace au désenchantement.

Cette lecture sur les livres enrichit et vaut vraiment vraiment le détour !

A lire pour tout ce qu'on y apprend, comprend. A lire donc, pour avoir un autre regard sur cet objet du quotidien, vital en ce qui me concerne ....et pour beaucoup d'entre vous j'en suis sûre !

bisous1

 

 

Posté par Huloga à 05:45 A - - Commentaires [18] - Permalien [#]

30 avril 2016

Et toujours ces ombres sur le fleuve

Trouvé à la bibli un samedi, fini le lundi !

913d7bUfSxL

Paru en 2014. 264 pages

J'aime beaucoup cette auteure qui nous plonge avec talent dans la Bretagne ancienne.

Le roman commence fort. L'histoire démarre en 1793, en pleine terreur, à Nantes.

Lucile a 12 ans et insiste, impuissante, au meurtre de ses parents, comme tant d'autres, noyés dans la Loire parce qu'ils étaient nobles. Elle imprime tous les détails de cette scène dans sa mémoire, pour retrouver celui qui les a tués. Dès lors, sa vie entière va être tournée vers la vengeance des meurtres de ses parents, mais aussi de son petit frère.

On suit Lucile de 1793 à 1796, dans cette période si particulière de l'histoire, où la défiance est partout.

Elle grandit comme elle peut, seule, avec une seule idée fixe : retrouver le meurtrier.

Un roman captivant, bien écrit, avec des personnages attachants.

Je le recommande +++++++

bisous1

Posté par Huloga à 05:28 A - - Commentaires [14] - Permalien [#]