15 février 2018

Mes chaussettes Harry Potter

L'année dernière, avec Cécile, nous avions fait une commande commune chez les laines Biscotte. J'avais choisi deux écheveaux de laine à chaussettes : pensée bleue et chaudron baveur.

J'ai eu très envie de tricoter l'écheveau Chaudron Baveur, j'avoue beaucoup par curiosité ! Je n'ai pas été déçue. La laine est magnifique, douce et chaude, super agréable à tricoter !

IMG_7427

J'ai adoré voir le motif se monter, découvrir les couleurs :

IMG_20180108_202136

IMG_20180113_160623

Ce sont de vraies chaussettes d'hiver, je les voulais donc très hautes :

IMG_20180119_093849

IMG_20180119_093900

Je suis vraiment contente de les avoir tricotées, je les porte beaucoup !

chat pelote2

Posté par Huloga à 05:52 A - - Commentaires [39] - Permalien [#]
Tags : ,


13 février 2018

Éléanore Oliphant va très bien

Ce roman fait partie des incontournables :

Sept 2017

Paru en septembre 2017. 432 pages.

Je l'ai eu complètement par hasard. Je suis allée rapporter un livre à la bibli, et ma bibliothécaire préférée m'a dit qu'elle venait de le terminer, qu'il était incroyable. Je l'ai pris mais j'avais encore la tête dans "Le presbytère" (que je ramenais).

Je l'ai commencé sans y croire et j'ai été happée, complètement. Happée par l'écriture, par l'histoire, et aussi parce que beaucoup de choses m'ont parlé dans ce livre. Et pourtant on commence le roman en trouvant que quelque chose cloche, qu'elle est drôlement bizarre cette héroïne....

Éléanore a 30 ans. Elle travaille depuis 9 ans chez Bob, où elle est comptable. Une comptable triste, qui fonctionne comme un robot. Elle fait son travail à la perfection, dans une solitude totale, moquée par ses collègues, qu'elle ne comprend pas, qui ne la comprennent pas non plus. Elle s'est forgée une carapace gigantesque sans s'en rendre compte. Tout est mécanique chez elle. Pas de sentiments, pas de contacts physiques, un robot.

Le vendredi soir elle achète de l'alcool fort et s'anesthésie tout le week-end, puis une nouvelle semaine strictement identique commence. Chaque mercredi soir, elle reçoit un appel de sa mère, qui l'insulte et la rabaisse.

Et puis un jour, Éléanore tombe amoureuse d'un musicien, par hasard. Elle en est sûre : c'est l'homme de sa vie. Commence alors une quête pour elle : tout faire pour le séduire. Elle va aller chez le coiffeur, s'acheter de nouveaux vêtements, un téléphone, un ordinateur, une révolution pour elle ! Elle apprend à maquiller la cicatrice qui lui barre une joue (d'où sort cette cicatrice ? On tourne les pages pour le découvrir !)

Sa vie va totalement changer, elle découvre des sentiments, des comportements, des attitudes qu'elle ignorait. Et cela change encore quand elle apporte son aide à un homme qui fait un malaise dans la rue, alors qu'elle venait de faire la connaissance de Raymond, un de ses collègues.

Peu à peu, avec beaucoup de patience et de tact, Raymond va la sortir de sa léthargie, la poussant à se révéler et aussi à chercher dans son passé une vie qu'elle a tout fait pour oublier, enterrer.....

J'ai trouvé ce roman incroyable. Au début j'ai pensé qu'Éléanore devait être une sorte d'autiste, avec un handicap. Petit à petit on apprend, on comprend. Un livre formidable sur la tolérance, la résilience, la différence, l'espoir, avec une écriture sans faille. Un livre qui commence avec une écriture qui interpelle, puis qui devient de plus en plus profond, avec un fond très intéressant et fort.

Vous pensiez que votre pile de livres à lire était déjà immense ? Vous ne pouvez pas passer à côté de celui-ci !!!!!

non

A LIRE ABSOLUMENT !!!!

chat qui lit

Et si vous le lisez, donnez-moi votre avis !

Un immense merci à ma bibliothécaire, sans laquelle je serais passée à côté de ce petit bijou !!!! merci

Posté par Huloga à 05:50 A - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :

11 février 2018

Robe d'hiver

Je n'ai pas beaucoup de robe d'hiver. Pas parce que je n'aime pas en porter, mais parce que je peine à trouver du tissu. J'en ai eu longtemps en velours. C'est bien, c'est chaud mais un enfer à glisser sous un gilet ou sous une veste ! Les manches remontent, accrochent le gilet, le pull, la veste....très vite ça me gave.

Alors je suis allée demander conseil chez Écolaines et j'ai bien fait. Je suis revenue avec un coupon de satin de coton épais, un peu élastique et de très belle qualité. La vendeuse l'a appelée de la gabardine de satin je crois.

Le motif était un peu chargé, et pourtant j'ai adoré dès que j'ai vu le rouleau. Je savais que je voulais en faire une Cami dress de Pauline Alice. Parce que j'adore cette robe, la coupe, les poches, tout.

Depuis que j'avais vu "Au revoir là-haut", je voulais un haut avec un col officier....ne me demandez pas pourquoi. Le genre de truc qui reste dans la tête, rien à faire. Pas obsessionel, il ne faut pas pousser, mais j'y pensais dans mes projets à coudre. La Cami dress en faisait partie. C'est facile, il suffit de garder le pied de col et de supprimer le col.

J'avais le patron, le tissu...ça m'a pourtant pris des semaines. 10mn de couture par-ci, 15mn par là...et je l'ai enfin terminée, dans une grande joie, parce qu'elle me plaisait énormément !

Sur cintre, ça ne donne rien !

IMG_20180118_113457

Alors attention, avalanche de photos !

IMG_8035

IMG_8028

IMG_8023

Le tissu est vraiment d'une qualité que j'adore !

IMG_8024

IMG_8033

Je suis allée chez Ecolaines avec ma belle robe, pour leur demander d'autres tissus identiques (j'ai défilé quoi !)....il n'y avait que des rouleaux très très chargés. Trop pour moi. Mais j'y suis retournée un peu plus tard et j'ai trouvé mon bonheur !

Ya plus qu'à ! Il va falloir que je choisisse entre le col officier comme ici, ou pas de col du tout. C'est très bizarre d'écrire ça mais cette robe me ressemble et j'aime vraiment énormément la porter !

Il y a deux grandes poches, en plus c'est pratique !

bisous1

Posté par Huloga à 05:39 A - - Commentaires [59] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09 février 2018

Le presbytère

Comme j'ai eu du mal à l'avoir à la bibli ce livre ! J'ai écouté une émission "La voix est livre" sur Europe 1, qui en parlait, et je suis allée le réserver assez vite, fin octobre. Je pensais que c'était fichu pour cette réservation, et il a fini par arriver début janvier ! (mais que font les gens avec les livres pour les garder aussi longtemps ??? ils s'en servent pour caler un meuble, c'est pas possible ?! Ils reçoivent forcément des relances pour dire qu'ils ont un sacré retard dans le retour des documents empruntés ! Je pensais vraiment que je n'aurais jamais ce roman. Et vu tout ce que j'ai à lire, ce n'était pas grave hein) Bref !

Août 2017

Paru en août 2017. 272 pages

Alors je vais être honnête : si j'avais su le fond du roman, je ne crois pas que je l'aurais emprunté. Parce que l'écriture est incroyable, on se laisse embarquer totalement dans cette histoire écrite de façon très très particulière, où on devine les choses sans qu'il y ait vraiment de mots dessus. D'ailleurs en avançant je me disais "mais non, ça ne peut pas être ça, ce n'est pas possible" et je ne sais pas comment vous en parler sans dévoiler le fil rouge, toute l'horreur de cette histoire.

Tout commence par l'installation d'un couple dans une maison un peu étrange, appelée "le presbytère". Balthazar est médecin, c'est un homme très droit, très très autoritaire, avec des tonnes de principes, toujours "pour le bien de". Petit à petit on se rend compte que ce type est en fait un grand malade !

Il est marié avec Sonia, qu'il détruit tranquillement, toujours sous couvert de la morale et du "c'est pour ton bien". Elle développe des tocs sévères, elle est capable de passer des heures sur son vernis à ongles. La famille s'agrandit : Clément, Sébastien, Manon, Alice. Balthazar refuse violemment que Sonia aille s'occuper des bébés lorsqu'ils pleurent. C'est pour leur bien, vous l'aurez compris.

A la maison, pas de jouets, le plastique est interdit, c'est le mal. Pas de télé. Pas d'école non plus, l'école c'est mal, les enfants sont pervertis, confrontés à la violence à l'école. (ils sont tellement mieux dans cette maison de fou....). Sonia est complètement à l'ouest, passe des heures à danser, à préparer des spectacles (pour qui ?), à se changer plusieurs fois par jour, à oublier de nourrir ses enfants. Elle se fait tabasser de temps en temps par son mari....

Balthazar (misère que j'ai détesté ce personnage) est là en permanence, tout en n'étant jamais là. Il reçoit ses patients, il est occupés, il travaille, LUI, mais garde toujours un oeil sur ce qui se passe à la maison, sur ce qu'il faut ou ne faut pas faire. Les enfants doivent apprendre la musique, parce que la musique c'est bien, c'est merveilleux, mais il les terrorise tellement que cet apprentissage se passe dans une grande violence. Par exemple pendant les repas, il oblige ses enfants à manger en tenant des livres sous leurs coudes. Si le livre tombe, l'enfant mange par-terre....pour son bien évidemment.

Parallèlement un ado puis homme est très présent dans cette maison : Tanguy. Il a eu une enfance épouvantable, battu, affamé, enfermé des jours entiers dans un placard. Il est retiré vers 8/9 ans à ses parents et arrive dans un état terrible dans l'institut dans lequel travaille Balthazar. Il vient tous les jours au Presbytère, pour voir les enfants, jouer avec eux. Le fait qu'il apporte un jour un ballon aux garçons devient un drame.

Il y a aussi un couple en mal d'enfants, Basile et sa femme, qui accueillent régulièrement Clément et se mettent à l'aimer trop fort...

Le décor est planté, vous l'aurez compris, les enfants vont grandir dans un environnement extrêmement "sain et équilibré" et petit à petit on comprend sans que ce soit évoqué que cette ambiance abominable cache des dérapages pires encore. Le récit, ce qu'on devine, est glaçant.

Ce qui m'a fait aller jusqu'au bout, c'est que je suis sûre que ce genre d'histoire est arrivé, malheureusement, que des types aussi immondes et dénués d'humanité que Balthazar, ça existe....jusqu'au bout il sera d'une mauvaise foi qui donne envie de lui en coller une !

C'est un roman très dur à lire, mais ce n'est pas pour cette raison qu'il faut l'éviter. Ce qui se passe derrière les façades des maisons les plus belles existe. Toujours cette façade, cette image qu'il faut donner aux autres, sous couvert de bonnes intentions...l'écriture est absolument remarquable et je ne pense pas avoir déjà lu un roman pareil. C'est glaçant mais, n'est-ce pas pire encore : cette histoire est plausible.....

lire2

Posté par Huloga à 05:31 A - - Commentaires [22] - Permalien [#]

07 février 2018

Le jour des sirènes #1

En décembre, Esperluette a lancé un joli défi : broder toute ensemble à partir des grilles d'un petit livre :

81LAhhqOpyL

Quand Emmanuelle a lancé le top départ le 4 janvier.....j'ai réalisé que j'avais zappé l'achat du livre...la honte !

Je suis rapidement allée le commander à la librairie.

Restait à choisir la grille et à commencer sans traîner.

Mon choix s'est porté sur celle-ci :

IMG_20180111_133740

IMG_20180111_135044

J'ai réalisé après-coup que mon choix n'est pas forcément judicieux, la grille est parfois difficile à lire. Que voulez-vous, je suis partie tête baissée sur une phrase qui me parlait ! ça avance tout de même. Pour être sûre d'avancer, le jeudi soir est devenu le jour du point de croix.

Aujourd'hui j'en suis là :

IMG_20180118_135326

IMG_20180201_154341

Cette lancée bénéfique m'a permis de me remettre à une grille commencée début 2017 et abandonnée. C'est dommage ! Donc le jeudi, j'avance également dessus :

IMG_20180118_151735

IMG_20180201_154418

Nous publierons nos avancées chaque premier mercredi du mois. Rendez-vous donc le 7 mars prochain !

broder

Posté par Huloga à 06:05 A - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags :


05 février 2018

Mes chaussettes de Noël

Oui je sais, vous vous dites que ces chaussettes n'ont rien à voir avec Noël, et pourtant si : il s'agit de la laine Holst Garn apportée par le père-noël (je ne suis pas si nouille que ça donc ! copine) et que j'ai souhaité tricoter très vite.

Un mot sur la laine ? Je l'ai trouvée, euh pardon : le père-noël l'a trouvée sur le site de Laine et tricot et la livraison a été ultra rapide puisque le colis est arrivé le lendemain. J'ai été sage et je l'ai mis sous le sapin !

20171226_110608

Donc la laine : c'est une laine très très douce, très retordue, très souple et élastique. Comme elle m'intriguait, il fallait vraiment que je la tricote rapidement. Il s'agit de la couleur fjord. Toujours la p'tite torsade à l'arrière hein :

20171227_203408

20180101_110008

IMG_8000

IMG_8001

IMG_20180106_184834_01

C'est une paire de chaussettes très agréable à porter, chaude, je vous la recommande vraiment et je ne suis pas sponsorisée. Attention les écheveaux sont de 50g et pas 100g. Il vous faut donc 2 écheveaux pour une paire. On peut réussir à tricoter une paire dans un écheveau en réalisant des chaussettes courtes mais je n'en vois pas l'intérêt en plein hiver ? Il me reste 22 g de chaque écheveau. J'ai donc commandé un seul écheveau (couleur tapestry) pour les terminer avec une nouvelle paire. Seul bémol mais qui me fait rire : j'ai les pieds couleur turquoise en fin de journée ! Elles sont si agréables à porter que ça ne me dérange pas, et ça part sous la douche. Je commence à pouvoir tourner correctement avec mon stock de chaussettes, et c'est bien agréable !

tricoter

Posté par Huloga à 05:55 A - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 février 2018

Rendez-vous au centre anti-douleur

J'espère que vous avez un peu de temps ? On est dimanche...préparez-vous un café, un bon thé, et surtout, je ne vous en voudrais pas si vous passez votre chemin ! Pas de pitié non plus ! Ici on parle, on échange, on ne s'apitoie pas !

ob_66a5e2_cofe

J'attendais avec beaucoup d'impatience et d'espoir mon rendez-vous au centre anti-douleur. Trop, probablement. Ma déception a été largement à la hauteur de mes attentes....

Avant d'y aller, je devais remplir un volumineux dossier sur mes douleurs.

"Pouvez-vous décrire votre douleur ?"

Euh....c'est compliqué ça ! J'ai mal mais comment le dire avec des mots ? Je peux dire que ce n'est pas une brûlure, que ce n'est pas pulsatile, je peux dire ce que ce n'est pas. C'est un peu comme promener en permanence une brique dans le bas du ventre. Pas un caillou, non non, une brique. Parce qu'une brique a des angles. Vous saisissez la nuance ?

En remplissant mon dossier, complètement par hasard, j'ai découvert qu'on m'avait déjà trouvé de l'adénomyose en 2014. Personne ne me l'a dit. L'adénomyose, c'est la même chose que l'endométriose, mais c'est provoqué par une césarienne. Ayant choisi de faire les choses en grand, j'ai pris les deux options. Donc ma muqueuse est partie se promener partout alors qu'on ne lui demandait rien du tout. Depuis longtemps.

Rendez-vous donc vendredi matin. Je me gare et je réalise que je ne sais pas qui je vais voir, et pour combien de temps j'en ai. Ce n'est pas grave. Je suis reçue par une médecin-algologue, personne qui est chargée d'évaluer la douleur, et de la traiter. Bon.

Elle est très gentille et douce, j'insiste là-dessus. Trouver quelqu'un de gentil, c'est déjà la fête non ?

Mais je suis épuisée et il ne faut pas grand-chose pour m'agacer et....elle ne lit pas le dossier que j'ai pris tellement de temps à remplir. Non. Alors pourquoi ? Pourquoi j'ai dû le remplir ? Pourquoi j'ai dû chercher des mots pour décrire une douleur si ça n'intéresse personne ????

Donc je dois réexpliquer. Très vite elle me dit qu'il faut m'opérer rapidement pour me soulager. Ah chouette, on est d'accord.

"Est-ce que vous pouvez appeler Super gynéco pour le lui dire ?"

"ça ne va pas être possible, je n'ai pas la main"

quoi

Ah. Très vite elle me demande pourquoi je n'ai pas fait un dossier de demande de travailleur handicapé. Peut-être parce que ma priorité est de ne plus avoir mal ? D'être opérée ? Non ? Peut-être aussi parce que je me sentirais encore plus diminuée ? Enfin, parce que personne ne me l'a dit !

Elle me propose un rdv rapide avec une assistante sociale pour le faire. Effectivement, rapide, dans 10 jours.

Bon.

Ensuite on parle de la douleur. Elle est d'accord sur mon évaluation de 6-7 le matin, et de 9 le soir...sur 10. Parce que ce que j'ai est très douloureux.

"Donc il faut opérer rapidement ?"

"ah oui !"

"Mais je n'ai rdv qu'en mars avec Super gynéco. Vous pouvez avancer le rdv ?"

Non, elle n'a toujours "pas la main".

Ah. Donc elle ne m'aidera pas. Qu'est-ce que je fais là ? Quelle perte de temps !

photofunky

Elle me demande de me déshabiller. Et là, je n'ai plus envie. Parce que j'ai bien compris qu'elle ne va pas m'aider, que ça ne vient pas d'elle, mais du système. Je le fais quand même. Elle découvre mon ventre avec consternation. La seule chose qui me soulage est une bouillotte chaude. J'ai fini par me brûler le ventre...(non non Emmanuelle, pas avec ta bouillotte, mais avec l'ancienne)

Je lui explique que le soir, j'ai souvent envie de prendre toute la boîte de morphine, pour avoir enfin un peu de répit, ou alors, puisque le soir j'ai l'impression que tout va se casser la figure, j'espère qu'effectivement mon utérus va dégringoler tout seul et qu'on n'en parlera plus....j'en suis là le soir, quand j'ai des contractions jusque dans le dos en permanence.....

Elle me propose d'avoir très rapidement rdv avec une sophrologue et une hypnologue pour faire des séances qui vont m'aider. Je suis évidemment partante. Je lui demande si ça va être utile puisque je vais me faire opérer. Oui, en parallèle. D'accord.

Rapide hein on a dit !

Sophrologie ? rdv en mars

Hypnose ? rdv en avril

Suivi rapide avec elle ? rdv en juillet

C'est une blague ? même pas !

Arrivée là, j'avais très envie de

tumblr_lkzgykDljW1qg7zcmo1_400

Et ce serait peut-être utile au fond, de s'énerver, crier, hurler mon ras le bol....

Sauf que je suis épuisée. Alors j'étais juste

tumblr_m8jp7qOXXz1rdyp03o1_500

Parce que ça ne sert à rien. Parce que ce médecin est très gentille, pleine de bonnes intentions, mais c'est le système qui est mauvais. L'hypnose, la sophrologie, c'est la semaine prochaine que j'en ai besoin, pas en avril ! Ce système est absurde et je suis ressortie en ayant le sentiment que tout ça était une vaste blague....à quoi sert le centre anti-douleur avec des délais pareils ?

Comme je prends de la morphine depuis 3 mois (!!!!) elle ne fait plus effet. Elle m'a donc fait une ordonnance longue comme le bras de médicaments qui vont m'assommer encore plus. J'ai refusé les 2/3 à la pharmacie. Et même en en prenant qu'un tiers, ça ne rentre pas dans le vanity !!!!! Je ne veux pas être assommée, je ne veux pas être un zombie devant mes enfants, je veux, je DOIS être opérée ! Tous ces médicaments coûtent une fortune, là encore le système est absurde ! Ma pharmacienne a été adorable, a bien tenté de me faire rire mais j'en ai tellement assez !!!! Et là, quand j'ai parlé de ces médicaments avec le médecin, vaste blague ! Il s'agit d'une ampoule tellement amère qu'il faut la prendre sur un sucre. Sauf que j'ai énormément supprimé le sucre de mon alimentation. On n'a d'ailleurs pas de sucres en morceaux à la maison. Alors passer de "pas de sucre" à "4 morceaux de sucre par jour", ça ne va pas le faire ! C'est impossible ! Elle insiste, ne voit pas où est le problème. Ne devrait-elle pas se réjouir que je ne prenne pas de sucre ????

En sortant, je suis allée au secrétariat de Super gynéco pour dire que le centre anti-douleur m'envoyait pour demander une opération rapide. J'ai rdv en mars. Soit une opération en avril-mai. On marche sur la tête. Et bouffer un tas de médicaments jusque-là. C'est idiot, ça n'a pas de sens ! La secrétaire-dragon m'a envoyée bouler....no comment.....

Pourtant je me lève chaque matin en me disant que ça va aller, que je vais peut-être avoir moins mal, que quelqu'un va bien finir par m'aider bordel ???? J'en suis à me demander si je ne vais pas aller dans le département d'à côté...pourquoi pas si ça accélère enfin les choses ? Je ne suis pas pessimiste, je ne suis pas dépressive, je suis fatiguée, très fatiguée.

Je ne me sens pas seule. J'ai ma famille attentive et présente, j'ai des amies précieuses, j'ai des échanges riches ici et ailleurs (vous vous reconnaîtrez coeur1), j'ai intégré des groupes d'échanges formidables (il faut que je fasse un article !) qui me tiennent debout et me donnent du courage alors même que personne ne sait que je suis malade. J'ai un médecin, un psy et une pharmacienne formidables.

Il me manque...oh 3 fois rien, un scalpel pour virer moi-même ce qui me pourrit la vie puisque personne ne veut le faire (humour bête mais nécessaire. Il faut garder de l'humour non ?). En plus je pourrais choisir ma couleur de fil pour recoudre et me faire un joli point décoratif.... non ? Ben faites un effort aussi !

Je continue le tricot, la couture est devenue très compliquée mais j'essaie par petites touches. Les recherches d'emploi aussi, je continue. Parce que je le veux. J'ai envie de retrouver une vie normale, zut à la fin ! Une opération en mai = un an de souffrance ! Je ne suis pas d'accord !!!!

non

Je sais que beaucoup de femmes sont concernées. A la clinique, il y a des affiches "l'endométriose, parlez-en, vous n'êtes pas seule !". Ah. Et "ne laissez pas souffrir indéfiniment !", ça n'existe pas bordel ????

J'ai un rdv mardi qui va peut-être accélérer les choses. Peut-être. Je ne veux plus avoir de faux espoirs.

On se tient au courant ?

Allez haut les coeurs ! On va y arriver !!!!

Enfin moi, parce que pour vous, ça ne va pas changer grand-chose tout ça !

Mais vous étiez nombreuses à me demander où j'en suis. Ben là.....

Je ne veux pas de messages de pitié ou négatifs dans les commentaires. J'écris tout ça pour échanger, partager, parce que j'en suis maintenant persuadée : ça peut aider d'autres dans la même situation. Le centre anti-douleur est une très bonne idée, très mal appliquée. Il existe certainement des solutions, et je les partagerais aussi dès que j'en aurais.

On y croit ? Allez, en attendant je retourne tricoter. C'est chouette le tricot d'hiver du dimanche ! Je vais mettre à jour ma colonne de gauche ! Prenez soin de vous, personne ne le fera à votre place !

tricot coeur

Posté par Huloga à 05:31 A - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags :

03 février 2018

Les couleurs de la vie

J'ai commencé plusieurs romans, abandonnés en cours de route. Mais je n'ai pas lâché celui-là :

400 pages

400 pages. Paru en mars 2017

Un vrai roman feel good mais pas gnan-gnan !

Kim vit avec Clovis sur l'île de Groix. Ils tiennent une maison de la presse et ont leurs habitudes. Chez eux vit aussi la grand-mère de Kim, que tout le monde appelle "Le Chat". La mère de Kim est décédée en lui donnant naissance. Elle ne connait pas son père.

Sa vie lui plait. Sauf qu'un jour Le Chat lui joue un mauvais tour. Elle prétend partir voir une amie sur le continent mais en fait elle se rend en Suisse pour y être euthanasiée. Elle a 74 ans, elle est en parfaite santé. Kim ne comprend pas, est ravagée par cette perte immense, douloureuse et sans raison.

Elle largue tout et décide de partir un mois s'occuper d'une personne âgée pour tenter de comprendre la décision du Chat. Elle se retrouve au service de Gilonne de Kerjant, dans le sud de la France, embauchée par son fils Côme. Sauf qu'assez vite, Kim comprend que Côme n'est pas le fils de Gilonne. Celui-ci est mort 2 ans auparavant dans des circonstances dramatiques et étranges. Alors qui est Côme ?

Kim vacille entre le besoin de connaître la vérité par loyauté envers cette vieille dame exceptionnelle et incroyable, et l'envie de se réfugier dans une bulle parce qu'elle vient de comprendre qu'elle est enceinte.

La suite, vous la lirez vous-même, parce qu'on est très vite embarqué dans cette histoire à la jolie écriture et sans temps mort !

A lire pour l'écriture, pour le roman, pour le côté feel good qui fait vraiment du bien !

lire2

Posté par Huloga à 05:33 A - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

01 février 2018

Pull bleu marine

Je ne pensais pas passer autant de temps sur ce pull pour Loïcia, sachant que j'en avais déjà tricoté un et qu'il suffisait de reprendre mes notes dans le Bullet journal (gain de temps certain ! Oui d'accord, sauf quand on se trompe quand même bêtement de laine comme pour l'écharpe de mon père....). Et pourtant ce pull a trainé, parce qu'à chaque fois que je préparais quelque chose pour noël, c'est celui-là que je laissais de côté. Début janvier je l'ai repris et beaucoup avancé le soir, parce qu'il ne servait à rien qu'elle l'ait en avril, c'est un gros pull très chaud !

Donc le modèle est le même que pour le pull bordeaux :

IMG_7965  IMG_7964

5 pelotes suffisent (soit un petit budget de 35€) :

IMG_7962

Très doux, très chaud :

IMG_7963

Je suis vraiment contente de mes coutures, je me suis beaucoup appliquée (la concentration aide à avoir moins mal, autant allier les deux) :

20171230_135742

Pour faire de jolies coutures, je me sers de cette vidéo très très bien faite :

Et puis j'ai pensé à Cécile avec les jolis marqueurs qui donnent faim !

20180102_122913

L'encolure se placera mieux après lavage et blocage :

IMG_7989

IMG_7988

Mais je n'ai pas eu le temps de le bloquer pour les photos ! Sitôt fini, sitôt porté, embarqué, à peine le temps de faire une photo !!!!!

IMG_7990

Ce qui me fait plaisir c'est qu'elle le porte beaucoup !

J'aime terminer les ouvrages en cours. Il y a une vraie joie d'arriver au bout d'un tricot surtout un peu long. Mais ça fonctionne aussi pour les chaussettes, les réalisations en couture, au point de croix, etc.

Vous connaissez cette sensation ? Comme quelque chose de très léger et agréable, la joie de terminer quelque chose, de l'avoir achevé, d'être allée au bout, de ne pas avoir gâché. Je ne suis pas la seule si ? Hein ? Dites ? Siouplé ?

tricot2

Posté par Huloga à 05:15 A - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : ,

30 janvier 2018

Bilan de janvier

Oh nous voici déjà à la fin du mois ! Un petit rendez-vous mensuel qui me plait bien.

En janvier j'ai cousu :

20171220_162704  IMG_7927

20171217_124700  20171218_181542

20171218_181638  20171219_115032

20171126_143328  IMG_7974

 

En janvier j'ai lu :

430 pages  480 pages

224 pages  288 pages

158 pages

 

En janvier, j'ai tricoté :

20171219_120248

20171215_153140  20171211_125624

20171226_110512

 

En janvier j'ai crocheté :

20171212_160712

 

Pas mal hein ? Le temps passe si vite ! Janvier s'en va. C'était un mois très très riche. Riche en rencontres variées et sympas, riche en découvertes, riche en batailles diverses, avec son lot de joies mais aussi une douleur constante qui me gâche beaucoup de moments bien malgré moi. J'essaie de faire de mon mieux. Parfois ça fonctionne, parfois j'ai envie de tout envoyer balader pour partir loin, sur l'Île de Pâques tiens !

ilepaques

On continue en février ? Je garde espoir que les choses avancent, dans le bon sens, que je vois enfin la fin de cette douleur quotidienne. J'ai envie d'y croire, ça me permet de tenir. trèfle

Alors rendez-vous fin février ?

bisous1

 

Posté par Huloga à 05:10 A - - Commentaires [53] - Permalien [#]
Tags :