06 novembre 2017

Mon autopsie

Comme toujours avec Jean-Louis Fournier, un petit roman décalé et jubilatoire :

Août 2017

Paru en août 2017, 198 pages

L'auteur imagine qu'il est mort. Il donne son corps à la science. Il est "choisi" par une étudiante, qu'il appelle "Égoïne". Jour après jour, elle le dissèque, l'étudie, le découpe, et lui en profite pour revenir sur des moments de sa vie, avec humour comme il sait si bien le faire.

Il ne s'épargne pas, ne s'excuse pas, mais explique son parcours, ses choix, sans indulgence, avec un peu de regret. Il raconte sa femme, toutes les infidélités qu'il lui a faite, ses garçons handicapés ; il explique comme il a pu être blessé  la sortie du livre "où on va papa", par ceux qui n'avaient pas compris, les grincheux, quand il ne faisait que raconter avec un humour un quotidien ô combien difficile pour mettre en lumière ses enfants.

Il fait un sacré bilan de son existence, il est prêt à passer à autre chose. Mais c'est toujours écrit avec légèreté. J'ai appris avec surprise qu'il était le créateur de La Noireaude !!!! Naaaaaaaannnnn ! Et il a fait énormément d'autres choses, il a eu une vie riche et remplie, il a fait des rencontres étonnantes.

Voilà un petit roman qui fait du bien, dans l'humour et le décalage propres à cet auteur vraiment attachant.

A LIRE !!!!

lire2

Posté par Huloga à 04:43 A - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :


25 octobre 2017

La serpe

Mais quel roman !!!!

648 pages

648 pages. Paru en août 2017

Pour une fois je vais nuancer mon enthousiasme. Si j'ai adoré et je suis sincère, je pense aussi qu'il n'est pas pour tout le monde. Déjà les 648 pages vont en rebuter, c'est bien compréhensible. Ensuite, le style est vraiment particulier et il faut s'accrocher.

Pourtant j'ai écouté une émission de radio dans laquelle il était invité et cela m'a confortée dans mon choix !

L'auteur a décidé de reprendre une enquête d'un meurtre non élucidé en 1941. Il nous entraine dans toutes ses démarches, absolument toutes et il finit par avoir une idée très précise (et logique) quant à l'assassin. J'adhère complètement à son hypothèse.

L'histoire : en 1941, trois personnes sont découvertes assassinées, terriblement mutilées par une serpe, dans leur château : Georges, sa soeur Amélie et la bonne Louise. Au milieu de ces cadavres il y a Henri, le fils de Georges, qui sera d'emblée considéré comme supect et contre lequel tous les éléments seront repris à charge. Il a heureusement avec lui Maître Garçon, qui va démonter tous les éléments un par un et le faire acquitté. Les meurtres ne seront donc jamais élucidés et malgré son acquittement, Henri restera le reste de sa vie le seul suspect.

Philippe Jaenada fait donc le déplacement jusqu'au château et nous embarque avec lui dans cette enquête de fourmi. Évidemment, mon enthousiasme est lié au fait que Georges était archiviste, ouvertement contre les nazis bien que travaillant pour le régime de Vichy. Je ne pouvais qu'aimer ! On découvre l'importance des archives et un peu l'action de certains archivistes pour conserver, cacher, ne pas détruire les preuves et les dossiers accablants. On découvre la vie de Georges, d'Henri, d'Amélie, la vie avant et pendant la guerre, le rôle des archivistes en 2016 dans les recherches pour aider l'auteur dans son enquête. Henri n'était clairement pas la personne décrite dans les médias.

L'écriture est très très dense, ça se voit sur les pages. Les chapitres étant très longs, je ne pouvais pas me coucher à la fin d'un chapitre et il m'a fallu chaque soir remonter de quelques pages pour retrouver le fil. ça ne m'a ni gênée ni découragée tant j'ai aimé l'écriture (une découverte) du roman, son enquête détaillée qui ne laisse aucun élément de côté, les descriptions...rien.

Je ne vous dirais pas qui est le tueur pour lui, je laisse cette découverte à celles qui braveront ce pavé vraiment intéressant. Le livre est en tête de gondole partout, c'est parfaitement justifié !

Je comprends celles qui ne tenteront pas. Mais grand bien vous fasse si vous essayez ! Il est pour moi un incontournable de cette rentrée littéraire, et très très différent de ce qu'on a l'habitude de lire.

Vous pouvez lire la très bonne critique de Sophie sur ce livre également.

A LIRE !

lire2

 

<= PS : avez-vous vu qu'en bas de la colonne de gauche, vous pouvez à présent voir quel livre occupe ma table de chevet, ainsi que les tricots en cours ? Je mets à jour la pagination pratiquement chaque matin, et chaque lundi pour la photo des tricots.

<= Qui s'en était rendue compte ?

Posté par Huloga à 05:58 A - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :

05 octobre 2017

La disparition de Josef Mengele

Il fait partie de la rentrée littéraire 2017 :

240 pages

240 pages. Paru fin août 2017

Ce livre m'a passionnée. Le côté historique mais pas seulement. Le côté psychologique, que l'auteur explore, est vraiment intéressant. A la fin de la gueurre, que sont devenus les pires tyrans ? Les monstres ? Comment ont-ils pu s'enfuir ? Où ? Qu'a été leur vie ensuite ?

Et au-delà, j'ai trouvé profondément injuste qu'ils puissent vivre une belle vie après l'enfer qu'ils avaient fait vivre à des millions de gens.

Mais pour l'affreux Josef Mengele, ce n'est pas le cas (et tant mieux, ah mais !). Tout le reste de sa vie ne sera qu'une fuite éperdue ....et il se fuit lui-même, torturé, stressé, mais jamais en se remettant en cause, jamais avec le moindre remords, faut pas pousser.

On suit donc sa vie à partir de sa fuite, à travers lui mais aussi à travers sa famille, qui le soutiendra jusqu'au bout, son fils, ses femmes. Un homme qui se cache, qui se terre, apeuré, aux abois, sans scrupule.

Vous devinez déjà toute l'admiration que j'ai pour ce monstre hein !

Il mourra bêtement sur une plage en 1979, ayant déjà une vie trop belle et trop longue après tout ce qu'il a fait.

L'auteur remonte dans tous les rouages qui ont permis cette vie après-guerre, malgré les recherches poussées du Mossad et d'autres. Pas juste ! Pas juste !

Je crois qu'il est important de lire ce roman, pour ne pas oublier, pour savoir que ça a existé, qu'il n'est pas le seul concerné et qu'il y aura toujours des gens pour aider les monstres. Malheureusement.

Je pense que des documentaires ou d'autres romans sur ce thème vont sortir. Parce que depuis 2015, les archives de la Seconde Guerre Mondiale sont ouvertes à tous, et que les chercheurs, les romanciers, vont (enfin) y avoir accès. Logiquement, on devrait bientôt voir des livres en liens avec cette ouverture d'archives....et c'est très bien !

lire

Posté par Huloga à 05:27 A - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :